Actualités

Le Port Autonome, son fonctionnement

Le Port est devenu port Autonome de Nouméa établissement public du territoire le 1er janvier 1968 afin de sortir du giron du Service des Travaux Publics. Ce changement de statut avait pour objectif de permettre une autonomie de gestion complète et d’ainsi répondre plus promptement aux besoins des usagers de la place portuaire. Cet Etablissement Public à Caractère Industriel et Commercial (EPIC) est devenu Port Autonome de la Nouvelle-Calédonie en 1991. Il est dirigé par M. Daniel HOUMBOUY depuis le 1er juillet 2016 qui a pour mission de faire appliquer les décisions prises par le Conseil d’Administration composé de membres issus des institutions politiques Calédoniennes, des représentants des utilisateurs portuaires ainsi que des propriétaires d’infrastructures privées installées dans le domaine maritime dont le Port Autonome est responsable.

Le domaine maritime comprend à l’exception de l’anse sans fond Uaré, la grande rade jusqu’à une ligne droite allant de la Pointe Lestelle (presqu’île de DUCOS) à la pointe Kongou (ïle Nou), la petite rade et la baie de l’Orphelinat jusqu’à la petite passe entre l’îlot Brun et la pointe Denouel.
Il est également en charge du port de Wé à Lifou.

Le Port Autonome est ainsi chargé de gérer ce domaine maritime, d’assurer l’administration, l’entretien,la protection et l’exploitation de ses  infrastructures et d’y réaliser les travaux d’extension et d’amélioration afin de répondre aux besoins de ses utilisateurs.

Pour assurer ses missions, le Port Autonome de Nouvelle-Calédonie emploie 48 personnes qui sont répartis en trois secteurs : Capitainerie, Administratif et Technique, explicités ci-dessous.

 

Capitainerie

Placée sous l’autorité d’un commandant de port, la capitainerie a la charge des eaux portuaires mais aussi des infrastructures terrestres.

La section navigation, ou le commandant est assisté de deux maîtres de port et d’une équipe de sept lamaneurs, régule la navigation. Elle est chargée de faire appliquer les règles de sécurité navales et de transport des matières dangereuses, d’effectuer la surveillance du trafic maritime et d’assurer l’accueil et le placement des navires à quai.

La police portuaire, qui compte six agents, intervient-elle dans le domaine de la police des quais et des terre-pleins. Sa mission est de faire appliquer les arrêtés relatifs au règlement du Port et de veiller à la protection des infrastructures sur tout le domaine portuaire. Il chapeaute par ailleurs la société de gardiennage qui a en charge le contrôle des accès en zone sous douane et en zone des pêcheries. Un agent de ce secteur est affecté à Lifou.

Le commandant de port est de surcroît chargé de la mise en œuvre du plan Polmar en relation avec les autorités locales.

Services techniques

Cheville indispensable à l’établissement les services techniques ont des missions multiples.

Le service des travaux neufs, sous la coupe du directeur adjoint,  élabore et fait réaliser les travaux nécessaires à la concrétisation des objectifs validés du schéma directeur.

Les service de l’entretien général et des cales de halage comptent douze agents. Ils ont en charge le maintien en bon état de fonctionnement des infrastructures mises à disposition des utilisateurs portuaires (quais, terre-pleins, docks, réseaux). Ils s’occupent également de la mise en oeuvre et de l’entretien des cales de halage ainsi que de l’entretien du parc à véhicules de l’établissement.

Services Administratifs

Le secteur administratif qui compte dix personnes regroupe les services de secrétariat, de comptabilité/gestion du personnel, exploitation/statistiques (enregistrement du trafic maritime). Ces services transversaux sont sous la coupe du directeur. et le service des travaux neufs sous la coupe du directeur adjoint qui élabore et fait réaliser les travaux nécessaires à l’amélioration des infrastructures.

 

Arrêté 731/2015 du 6 mai 2015 fixant les tarifs du Port Autonome de Nouvelle-Calédonie applicables aux usagers et concessionnaires de l’établissement public